Blogue d'actualite du blogue et d'ailleurs sur le Web... Blogue mémoire en ligne depuis 2003... Précurseur en son genre, ce "blogue de liens" existe depuis la nuit des temps (en âge blogosphèrique). À sa naissance il participa aux grandes lignes de l'infernale blogosphère, puis des remous virtuels le firent tanguer sans arriver à le faire sombrer. Il se retrouva en ces eaux paisibles d'où il vogue désormais sans peine ni tracas...

11 novembre 2004

Nova Magazine evoque, pour les blogues, l'art de la recuperation et les reves de celebrite

Léon-Patrick Mercaline vit mal les blogs dans un article de Nova Magazine de Novembre : "Et toi, tu bloggues". Il reproduit plusieurs passages du blogue de Maïa Mazaurette et exprime sa lassitude devant une certaine mode du blogue :

"(...)
Et depuis cet été, la mode déferle sur la France. Tellement que la récup', comme pour tout, fonce sur la proie. Alors, le blog, mort à 7 ans ?
(...)
Pire que tout : dans son blog, un blog-expert français, Loïc Le Meur, disserte sur les "blogs d'entreprise". Nous y voilà. Blog en interne pour faciliter le dialogue social! Comme si les salariés allaient la jouer sincère, au risque de se retrouver en procédure de licenciement pour mauvais esprit, preuve informatique à l'appui.
(...)
Quant aux dirigeants, on les imagine mal se lâcher dans la fenêtre à blogguer, alors que le pouvoir dérive du secret. Sans omettre la perspective des prud'hommes pour harcèlement moral : rabrouer un exécutant, menacer de plan social, ça la foutrait mal. En revanche, le PDG a tout avantage à blogguer pour se faire mousser aux yeux de la clientèle : par une bizzarerie de Google, son patronyme de blogueur apparaîtra avant le nom de sa boîte sur les pages du moteur.
(...)
Pour beaucoup, Internet et tout ce qu'il offre, c'est un idéal palliatif aux rêves de célébrité.
(...)
Et trop de blogs tuent le blog. Toutes ces âmes qui crient dans la nuit du Web pour se faire entendre, se noient dans leur rumeur commune. A vrai dire, on ne remarque que les blogs des gens déjà remarqués (...)."

Aucun commentaire: