Blogue d'actualite du blogue et d'ailleurs sur le Web... Blogue mémoire en ligne depuis 2003... Précurseur en son genre, ce "blogue de liens" existe depuis la nuit des temps (en âge blogosphèrique). À sa naissance il participa aux grandes lignes de l'infernale blogosphère, puis des remous virtuels le firent tanguer sans arriver à le faire sombrer. Il se retrouva en ces eaux paisibles d'où il vogue désormais sans peine ni tracas...

28 octobre 2004

Laurinette. Bouteille a la mer. Courage

Laurinette a écrit ceci dans les commentaires de mediaTIC cet après-midi:

"Voilà j'écris ici, je sais pas, un peu comme une bouteille à la mer, bien la preuve que mon blog était une tentative désespérée d'exister. Au fil des mois, mes pauvres lecteurs y ont vu de la joie, déjà sur le fil du rasoir, tourner à la franche dépression. Je sais pas bien ce que j'ai pu apporter ainsi au "Monde". J'aurai mieux fait de continuer à me taire. C'est irrationnel mais j'ai l'impression que c'est ce blog qui a tout déclenché, ou qu'il a été au moins un catalyseur, je lui impute fantagorisquement le cancer de mon père, j'ai besoin d'un responsable, je me sens si coupable. Je crois que je vais faire une pause, je me sens étouffée par cette blogosphère croissante et plutôt joyeuse, cette auto-analyse via les blogs n'aura eu qu'un résultat: me démontrer que la réalité "réelle" est décidément trop dure à vivre, mais que l'on a pas le choix. Un simple reflet de nous-mêmes: toujours aussi nulle, seule, chômeuse et malade, et même, je ne l'ai jamais été autant.
Désolée de vous avoir pourri le blog avec mon commentaire non informatif et nombriliste. Je crois que ça s'appelle un appel à l'aide."


Des mots et plus que ceux-ci: un attachement à la vie par des phrases. C'est bouleversant.

Isabelle a répondu ceci :

"La mer est grande ; une multitude de petites bouteilles à la dérive clignotent au soleil, s'entrechoquet dans un concert de cliquetis assourdi par le vent, on dirait une myriade de petits bisous sonores sur des joues mouillées. Mais qui a versé toutes ces larmes ?"

Et ce soir Netlex consacre un article à Laurinette : Laurinette ne sait pas "faire blog" :

"Laurinette dont je ne connais pas le weblog n'est ni identifiée, ni "contextualisée". Elle n'a pas laissé d'e-mail non plus. Le malheur dont on parle un jour de déprime, on préfèrerait ne pas lui donner d'adresse et le croiser le moins souvent possible.
Il n'y aura pas de mise à jour fréquente, parce qu'elle a été effrayée d'avoir pu révéler à des inconnus des choses si intimes qu'elle est toute honteuse à l'idée qu'ils aient pu lire ses secrets.
Les bleus à l'âme n'ont pas de style commun.
L'histoire de chacun, elle est unique, elle est précieuse.
Laurinette ne nous livre pas ses impressions. Elle dit le poids de la vie qui est parfois trop lourd à supporter.
Laurinette a déposé sa peine sur la page, avec des mots simples. Des mots de tous le jours qui racontent un moment de sa vie.
Laurinette avait besoin d'écrire pour sentir qu'elle existe. Que derrière l'écran impersonnel de l'ordinateur, il y a de gens qui la lisent. Des gens pour qui pourraient peut-être lui dire les mots qui soulagent, ou dont le fait de savoir qu'ils l'écoutent, allégerait son fardeau.
Laurinette se moque bien des "habitudes connues de la blogosphère" qu'au surplus elle aurait d'excellentes raisons d'ignorer, comme nous tous d'ailleurs"


Laurinette, qui êtes-vous ? Quel est l'adresse de votre blog ?

Aucun commentaire: