Blogue d'actualite du blogue et d'ailleurs sur le Web... Blogue mémoire en ligne depuis 2003... Précurseur en son genre, ce "blogue de liens" existe depuis la nuit des temps (en âge blogosphèrique). À sa naissance il participa aux grandes lignes de l'infernale blogosphère, puis des remous virtuels le firent tanguer sans arriver à le faire sombrer. Il se retrouva en ces eaux paisibles d'où il vogue désormais sans peine ni tracas...

26 février 2004

Le thé du jour

J'ai monté l'escalier sur la pointe des pieds (il serait toujours temps de faire demi-tour si l'on ne m'avait pas entendue), mon petit panier sous le bras.
Mais, avec délicatesse, ainsi qu'il nous l'avait dit, Jean-Luc avait laissé sa porte grande ouverte.
Certains regardèrent l'objet que je tenais dans les mains avec curiosité.
Imaginez : une réplique miniature des petits paniers vapeurs qu'on vous apporte dans les restaurants chinois...
Losqu'on soulève le couvercle du premier étage, on découvre un délicat carré de mousseline. On l'ouvre avec des gestes lents et il révèle les plus belles feuilles de thé qu'il vous ai été donné de contempler : très grandes, tellement sombres qu'elles ouvrent un infini de nuances de noirs, entortillées, lovées sur elles-même chacune est un oeuvre d'art unique. Leur fragance est profonde, évoquant des terres riches d'humus mais aussi la verdeur acide des premières pousses d'herbes du printemps.Ce parfum est, pour moi, l'âme par essence du thé. Il en est devenu le symbole.
Mais que contient donc le second étage du panier ?
Sous l'étage du thé, on découvre un tapis de petits boutons de roses poivrées.Leur parfum est d'une douceur poignante sans être entêtante. Leur palette de couleurs pâles nous présente des verts, des jaunes, des roses délicats puis parfois vient trancher et sublimer tout cela l'éclat rouge sombre de quelques boutons qui ont refusé de pâlir au séchage.
Chacun peut faire le mélange à son goût. En ce qui me concerne, pour une théière d'un litre je mets deux grosses pincées de thé et trois boutons de roses.
Dans l'eau, les feuilles sombrent rapidement en s'ouvrant largement révèlant des formes fascinantes à l'aspect velouté. Seules surnagent les roses devenues diaphanes.
Quel que soit le temps d'infusion la liqueur demeurera d'un immuable or-vert lumineux.
En bouche...il est d'une douceur qui apporte calme et plénitude et invite à des rêveries, voyages et méditations sans fin. Certains font de l'art du thé une quête spirituelle.
C'est en celui-ci que j'ai trouvé mon Saint Graal.
Quel est donc ce thé ?
Il s'agit du Dim Sum Cha: Chaque année, pour fêter la nouvelle récolte du thé, les habitants des montagnes de Taiwan offrent aux personnes qu'elles aiment le Dim Sum Cha, littéralement : "Le thé qui vient du coeur". Ce thé est préparé avec les premières feuilles de Bao Zhong, un thé semi-fermenté particulièrement réputé sur l'île, et des boutons de roses cueillis le jour même aux abords des maisons. Les feuilles de thé et les boutons de rose sont ensuite placés dans de petits paniers en bambou. Après quelques jours, les feuilles de thé fraîchement récoltées sur les hauteurs de l'île s'imprègnent du parfum subtil des boutons de rose.
Merci, Jean-Luc, de m'avoir permis de vous faire ici, compagnons de route carnetiers, l'offrande de ce Maître Thé.
Taian Akita Blog

Aucun commentaire: